Printemps de l’Inde à Toulouse – Journée internationale de la femme – Spectacle « Faudrait pas que les fleurs s’en mêlent »

Le 10 Mars, c’est la Journée Internationale des Femmes !

Dans le cadre du Printemps de L’Inde à Toulouse VASANTI et à l’occasion de la Journée Internationale des Femmes, l’association Les portes de l’Inde Midi Pyrénées organise une journée d’échanges et de réflexions sur le thème « Renforcer la Dignité des Femmes ».

Cette journée aura lieu le 10 mars 2013, dans la salle Lafourguette, rue de Gironis, impasse des Glières 31100 Toulouse de 14h30 à 20h.

Le Spectacle Faudrait pas que les Fleurs s’en mêlent de Sandrine Lopez ouvre la journée !
Spectacle de danse, de chant et de musique et conte. Une histoire fantastique où les fleurs sont à l’honneur
avec « Voie de femme ».

Les fleurs sont depuis toujours l’emblème d’un féminin vivant, joyeux, ouvert et séduisant.. mais qu’en est il de notre relation à ce monde nouveau qu’il nous faut accueillir avec son génie et sa folie; ce que notre histoire humaine a créé, est ce que cela aurait pu modifier le féminin en lui même ? Et si mères et filles avaient des choses à se dire qu’elles ont cru devoir garder sous silence ?

Tarif pour spectacle uniquement : 10 € (adultes) – 6 € (étudiants) – gratuit (-12 ans)

Inscriptions requises !

Publicités

Rappel : Spectacle « Faudrait pas que les fleurs s’en mêlent… » avec Voie de Femme à Toulouse – 1er février 2013

affiche minimes 1 février 2013

Le premier février 2013 : spectacle « Faudrait pas que les fleurs s’en mêlent » avec Sandrine Lopez et Pascale Fauveau, à 20h00 au centre culturel des Minimes rue du cailloux gris, marché aux cochons à Toulouse. Paf 12/10 €. Famille et groupe 8 €

Une création tout public mêlant danse, musique, voix et conte. Une histoire Fantastique ou les fleurs sont à l’honneur.

Si la terre m’était contée… Il n’y a pas si longtemps, bercés de science fiction, nous pouvions rêver un avenir extraordinaire;  les projets les plus invraisemblables semblaient réalisables, l’humanité conquérante s’en allait essaimer dans l’espace grâce à son immense potentiel technologique.

– Était-ce ou non au même moment ? On se souvient aussi d’une époque où le féminisme s’épanouissait comme une évidence; l’avenir de la femme libérée de ses contraintes traditionnelles par les bienfaits de la technique, de la médecine, et de la réflexion intellectuelle, serait magnifique, à n’en pas douter.

Loin d’avoir abandonné ces visions,  nous avons progressivement dû nous habituer à d’autres imaginaires, pour beaucoup très inquiétants, et terriblement proches de nous. 
La question écologique, avec son catastrophisme insidieux ou explosif , nous rappelle sans fléchir que la terre est en déséquilibre, que nous sommes entre merveilles du progrès et dangers de destruction totale.

Parallèlement, la question du féminin semble stagner, sans oublier que les violences faites aux femmes continuent de progresser, sur une planète de plus en plus peuplée, dont on ignore la capacité à supporter nos agissements «contre nature»…